SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Ça craque côté gouvernement et patronat. On va gagner ! Communiqué de SOLIDAIRES94
Article publié le 12 janvier 2020

Ça craque côté gouvernement et patronat. On va gagner !

Depuis des semaines, président, ministres et patrons répétaient en boucle « on ne bougera pas ! ». Grâce à celles et ceux qui sont en grève depuis le 5 décembre, cela s’avère faux. C’est le rapport de forces qui détermine les décisions politiques. D’où des dispositions particulières pour certains secteurs professionnels, d’où le retrait provisoire de l’âge pivot du texte du projet de loi.

Un recul pour satisfaire les syndicats qui ne sont pas dans l’action
Mais le Premier ministre renvoie en fait vers ses « partenaires sociaux » (CFDT, UNSA, CFTC) la responsabilité de fixer cet âge renommé « d’équilibre ». Et surtout, cette mesure a été ajoutée par le gouvernement plusieurs jours après le début de la grève : autant dire que son retrait « provisoire » ne mettra pas un terme au mouvement ! Tout le monde sait qu’il s’agissait d’un « chiffon rouge », agité pour tenter de nous polariser là-dessus.
Comme si nous allions oublier pourquoi nous sommes en grève depuis le 5 décembre, oublier pourquoi les manifestations se succèdent dans tout le pays, oublier pourquoi la grande majorité de notre classe sociale soutient le mouvement, y participe sous des formes diverses. Non, nous n’oublions pas ! Et nous avons le soutien de l’intersyndicale nationale CGT/FO/CGC/Solidaires/FSU.

La grève continue
Elle est reconduite, depuis le 5 décembre, par les assemblées générales, partout où c’est possible (SNCF, RATP, Opéra de Paris, diverses entreprises dans le pays). Elle est forte, par période, dans de nombreux secteurs (Education nationale, raffineries, ports, BNF, Collectivités territotiales, Santé, etc.). Elle touche tous les secteurs professionnels, toutes les régions.

Il faut la renforcer !
Le patronat, les financiers, celles et ceux qui vivent de notre travail s’inquiètent pour leurs profits. La grève attaque directement le système dont cette minorité profite. C’est ce qui explique les atermoiements gouvernementaux, les contradictions au sein de la Majorité présidentielle. Il faut renforcer et généraliser la grève : toutes les participations au mouvement de grève générale interprofessionnelle sont du temps de gagné vers la victoire !

Retrait du projet gouvernemental ! Nos retraites nous appartiennent !

C’est nous qui cotisons, c’est à nous de décider ; pas aux patrons ou au gouvernement !


Réunissons-nous entre collègues : décidons ensemble la grève, organisons-la, prenons part au mouvement entamé le 5 décembre !

Participons aux initiatives organisées dans nos villes : manifestations, rassemblements, piquets de grève, etc.
Jeudi 16 janvier, manifestation régionale à Paris

PDF - 172.8 ko
Communiqué SOLIDAIRES 94 11 janvier 2020