SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Agenda


Contre la loi Blanquer : le 94 en mouvement. Ivry reconduit !
Article publié le 8 avril 2019

L’heure est à la mobilisation ! Les personnels de l’Éducation nationale, et en particulier du premier degré, l’ont bien compris en se mettant en grève le 19 mars de manière très forte. Plus de 600 personnes étaient rassemblées devant la DSDEN94. L’ AG unitaire 94 du 25 mars a appeller à la manifestation du 30 mars à Paris et à la grève à partir du 4 avril.
La grève a de nouveau été reconduite à Ivry-sur-Seine lundi matin pour mardi 9 avril.

Calendrier non exhaustif des actions et RDV dans le Val de Marne :

Mardi 9 avril 9h / Ivry-Vitry  : AG de grève reconductible Espace Robespierre (M Mairie d’Ivry)
Mardi 9 avril 17h30 / Créteil : 17h30 AG intersyndicale interdegré du 94, à la maison des syndicats de Créteil
Mardi 9 avril 18h / Champigny  : Nuit du lycée Louise Michel
Mardi 9 avril 19h / Alfortville  : Nuit de l’éducation, école Barbusse
Mardi 9 avril 18H / Villeneuve Saint-Georges  : AG de ville de tous les établissements salle des halls des expositions 8 avenue CARNOT.

Jeudi 11 avril / 94 : La FCPE94 appelle à la mobilisation dans les écoles
Jeudi 11 avril / Ivry : Réunion d’information parents/enseignants à la maternelle Robespierre
Jeudi 11 avril 18h30 / Fontenay : Nuit de l’éducation, école Edouard Vaillant
Jeudi 11 avril, 16h45 / Champigny : Réunion parents-enseignant-es à l’école maternelle Maurice Thorez de Champigny
Vendredi 12 avril 12H30/ Ivry : AG de ville 1er et second degré
Vendredi 12 avril 18h30 / Ivry : Occupation des bureaux de direction le matin, Nuit des écoles 18h30 Ecole Einstein ; Collège désert Henri Wallon
Vendredi 12 avril 18h / Champigny : Nuit des écoles, école maternelle Léon Frapié / AG de ville parents-enseignant-es-citoyen-nes
Dimanche 14 avril 11h-15h / Vincennes : Carnaval anti-lois Blanquer, devant le Château
Mardi 16 avril 18h30 / Vitry : Réunion Publique sur les Lois Blanquer, réfectoire élémentaire Jean Moulin
Mardi 16 avril / Créteil : Nuit des établissements Lycée Gutenberg
Mardi 16 avril / Kremlin-Bicêtre  : Occupation de l’école Charles Péguy
Jeudi 18 avril 16h30/ Champigny  : Soirée des écoles, école élémentaire Jacques Decour

Les causes de mécontentement ne manquent pas.

PDF - 365.2 ko
Tract sud
PDF - 129 ko
motion AG 94

Contre la loi Blanquer

L’adoption par l’Assemblée nationale de la loi Blanquer est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. En s’entêtant à porter ce texte pourtant rejeté au Conseil supérieur de l’éducation, notamment par SUD éducation, le ministre montre le mépris qu’il a pour les personnels.

Le débat parlementaire réactionnaire et nauséabond a eu pour conséquence l’obligation d’afficher le drapeau dans les salles de classes. Le projet prévoit la création des nouveaux “Établissements publics des savoirs fondamentaux”, ce qui entraîne de fait la suppression du statut de chargé-e de direction d’école et l’introduction d’un-e nouveau-elle supérieur-e hiérarchique aux enseignant-e-s des écoles, les principaux-ales. Elle entraînerait aussi des fusions d’écoles et fermetures de classes, notamment dans les zones rurales.

Les réformes menées par le gouvernement sont cohérentes. Elles mettent toujours plus en oeuvre une école du tri social, de la sélection et des inégalités territoriales : Parcoursup, réforme du lycée professionnel, démantèlement de l’orientation, réforme du lycée général et technologique, réforme du bac. Dans le même temps, le gouvernement attaque le statut de la fonction publique avec le projet de loi pour la transformation de l’État : augmentation du recours aux personnels contractuels, démantèlement des commissions paritaires de suivi des carrières. Plus largement, les conditions de vie des personnels se dégradent et sont encore menacées : point d’indice gelé, rétablissement du jour de carence, retraites.

Une mobilisation massive

En se mettant massivement en grève le 19 mars, les personnels, en particulier du premier degré, ont signifié au gouvernement leur refus des réformes en cours, et en particulier de la loi Blanquer, au cœur des mots d’ordre.
Les taux de grévistes ont varié d’un quart des enseignant-e-s des écoles à plus de la moitié en fonction des départements, et ils ont été significatifs dans le second degré. Dans de nombreux départements, des assemblées générales ont réuni plus de cent grévistes, parfois jusqu’à plusieurs centaines. Que ce soit par le nombre de grévistes, le nombre de personnes en manifestation ou en assemblée générale, cette mobilisation est le signe de la volonté de la construction d’un rapport de force majeur.
Le gouvernement tente par tous les moyens d’intimider les personnels mobilisés, notamment les enseignant-e-s des écoles qui ont refusé de faire passer les évaluations. Cette volonté de mise au pas, le ministre tente de l’introduire dans la réglementation par le biais de l’article 1 de la loi Blanquer. Nous ne nous laisserons pas intimider !

Et maintenant, amplifions la lutte !

Pour gagner, une seule journée de grève ne suffira pas. C’est ce qu’ont bien compris les grévistes réuni-e-s en assemblée générale, qui ont posé de nouvelles dates de grève dans le paysage. Il est question du 21, du 25, du 26, du 28 mars, du 1er avril en fonction des territoires. Partout, ces dates sont envisagées comme des points d’appui pour construire la grève reconductible. Pour SUD éducation, une chose est claire : c’est aux grévistes de décider de leur calendrier de mobilisation, et SUD éducation les soutiendra dans les choix qui seront effectués. Dans ces calendriers qui ont été évoqués, la date du samedi 30 mars pourra être une date pivot intéressante pour structurer la mobilisation, articulée à la construction de la grève et de sa reconduction.

SUD éducation appelle à :

se mettre en grève reconductible à partir des dates d’ores et déjà décidées par les AG de personnels ;
participer aux manifestations prévues le 30 mars, dans le cadre des calendriers de mobilisation décidés en AG ;
mettre en débat la grève et sa reconduction sur nos lieux de travail, dans toutes les écoles et les établissements.

SUD éducation a proposé à l’intersyndicale de décider d’une journée de grève le plus rapidement possible, qui pourra servir de pivot à un mouvement massif de grève reconductible.