SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Fiche-analyse | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Décentralisation intendance
Article publié le 21 janvier 2021

PDF - 174.7 ko
Document à télécharger
decentra_intend

Décentralisation des gestionnaires et de la médecine scolaire :
une catastrophe annoncée !

Créteil, le 18 janvier 2021

 
Dans un article du journal néolibéral Les Echos du 16 décembre 2020, Jacqueline Gourault ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités évoque l’avant-projet de loi 4D dans lequel il est question de décentraliser la médecine scolaire et de placer les « intendant-e-s » sous la double autorité de l’état et des collectivités territoriales.

Il s’agit bien sûr d’une vision idéologique et technocratique déconnectée de la réalité qui vise surtout à affaiblir les personnels de l’éducation nationale.

SUD Education s’était déjà largement opposé aux transferts des personnels TOS aux régions et aux collèges. L’avenir nous a donné raison quand nous constatons la façon dont les collectivités territoriales traitent les agents et l’absence récurrente de personnels dans les EPLE. Sans parler des recrutements qui évoquent plus un système clientéliste qu’une volonté basée sur les compétences. Cela rendrait plus difficile les demandes de mutation.

La garantie que les gestionnaires resteront « fonctionnaires d’état » est une vaste supercherie, quand on compare avec ce qu’il était advenu des personnels techniques, qui pouvaient rester « fonctionnaires d’état », mais qui ont subi de fortes pressions, de la part de leur nouvel employeur et de leur hiérarchie directe, dont certaine représentait un certain syndicat, pour qu’ils optent pour la territoriale.

 Pour donner l’exemple du département du Val-de-Marne, nous constatons une absence de médecins de prévention, un manque de respect envers les personnes qui pourrait se traduire, sinon par un climat de terreur, du moins par un climat de crainte permanente. Une mise sous boisseau des syndicats. SUD Education étant le seul à faire face.
Sans parler des prix exorbitants réclamés par les entreprises agréées par le département quand elles interviennent en collège.

Alors que les collectivités territoriales n’ont pas de pouvoir hiérarchique, nous constatons tous les jours une volonté de contrôle et de mainmise sur tout ce qui touche à la vie de l’établissement, ainsi qu’une absence de démocratie et de dialogue social.

Rappelons les propos de B. HAMON, alors ministre de l’Education à une question posée par un sénateur :
"Je tiens également à préciser que la mission de gestionnaire est essentielle au bon fonctionnement des établissements scolaires et au développement de projets d'établissement de qualité. Le ministère de l'éducation nationale a d'ailleurs régulièrement valorisé cette fonction.
Pour toutes ces raisons, il n'est pas prévu de modifier cet équilibre et de scinder l'équipe de direction en rattachant l'adjoint gestionnaire à la collectivité territoriale."
https://www.senat.fr/questions/base/2014/qSEQ14010688S.html

On n’ose imaginer ce qui arriverait aux intendant-es faisant part de leurs doutes sur la gestion des collèges ou aux médecins alertant sur des problèmes sanitaires.

D’ailleurs, l’absence de médecin de prévention au département est due aux pressions que la DRH et le secrétariat général exerçaient sur eux. Ce serait également l’abandon d’une médecine au niveau national, régie par l’éducation nationale.

Sans parler de la privatisation des services dans certaines collectivités territoriales, comme le 78 ou dans les nouveaux collèges du 77. Le secrétaire général du 94 l'avait également évoqué, avant de revenir sur ses propos. Qu'est ce qui empêcherait une CT de privatiser les services d'intendance ou de médecine ?

Un métier majoritairement féminin
Ce gouvernement qui est le plus misogyne jamais rencontré depuis longtemps (explosion des violences conjugales, femmes tirées par les cheveux lors de la journée du 8 mars, accroissement des écarts de salaire entre hommes et femmes, etc.) a dû également mettre en avant la forte féminisation de ce métier. En effet, 68 % des gestionnaires de l'académie de Créteil sont des femmes, 73 % pour les seuls collèges. Il s'agirait de la part de la clique à Macron d'un nouveau coup porté aux femmes.

C’est pourquoi il faut d’ores et déjà se mobiliser pour empêcher
ce nouveau coup de force de ce gouvernement !

Zone de Texte: En exergue, l’on peut s’étonner des bonnes âmes qui cherchent à restreindre la liberté d’expression des fonctionnaires. Nous les invitions à consulter un document disponible dans tous les EPLE, appelé déclaration des Droits, en particulier les articles 10 et 11.





SUD Education 94
Maison des Syndicats
11-13 rue des Archives
94010 CRETEIL Cedex
01 43 77 33 59
contact@sudeducation94.org

Zone de Texte: Si vous souhaitez nous rencontrer, envoyez un mail.
La liberté syndicale ne s’use que si l’on ne s’en sert pas