SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |


Journal de la section de Champigny - Imparfait du subjectif, numéro 13
Article publié le 8 novembre 2015

PDF - 1 Mo
Le journal complet

Edito
Cher Père Noël,
Je t’écris cette lettre pour te faire ma commande de cadeaux, parce que j’ai été depuis des années une fille très sage et obéissante et polie et sérieuse et bienveillante et respectueuse et tout ce qu’on m’a dit.
Alors, avec tout ça, j’ai pensé que ça valait le coup de te demander, oh ! 3 fois rien ! Juste de quoi pouvoir bien faire mon métier d’enseignante...

Donc, petit papa de Noël, je voudrais :

  • Des classes à petits effectifs pour pouvoir m’occuper de chacun-e de mes élèves
  • Des médecins scolaires, des RASED, des gens qualifiés pour traiter la difficulté scolaire et la détresse sociale
  • Des ATSEM pour chaque classe de maternelle
  • Plus de maîtres-ses que de classes (mais pour de vrai, cette fois)
  • Du temps pour travailler en équipe, sur des projets motivants et innovants
  • Du temps pour rencontrer les familles (pas à 19 heures après la journée de travail)
  • Une formation continue réelle et au choix, collant aux réalités du terrain
  • Une hiérarchie bienveillante et formatrice
  • Une augmentation de salaire
  • Une retraite à 60 ans maximum... Et à taux plein.

Et je voudrais aussi qu’on arrête de se moquer de moi (c’est pas bien de se moquer !) et de me prendre pour une cruche. Je voudrais qu’on redonne la parole aux enseignant-es, qu’on leur demande leur avis sur ce qui concerne leur métier et que leur parole soit prise en compte pour faire avancer l’école.

Si tu es celui qu’on dit, ça doit pas être difficile de me donner tout ça, hein, dis ? Et là, je te jure, je serais encore bien meilleure qu’avant et j’irais à l’école avec plaisir et envie (parce que là, en ce moment, comment te dire ? C’est pas tip-top...).
Tu sais ce qu’il te reste à faire, petit Père...

La suite du journal en pièce jointe.