SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

RIS INSCRIPTION VIDEOCONFERENCE
Article publié le 26 avril 2020

PAS DE RENTRÉE SCOLAIRE LE 11 MAI ALORS QUE LES CONDITIONS SANITAIRES NE SONT PAS RÉUNIES !

Vous souhaitez participer aux RIS ? Remplissez le formulaire en fin d’article !

Participez à la visio-RIS intersyndicale de votre circonscription :

LUNDI 27 avril :
Choisy à 10h
Sucy à 14h
Boissy-Limeil à 14h

MARDI 28 avril :
Fontenay-Vincennes à 10h
Nogent-Joinville-Le Perreux à 14h
Cachan-L’Haÿ à 14h
Maisons-Alfort à 14h
Champigny 1/2 + Villiers à 14h
Villejuif à 16h30
Orly-VLR-Ablon à 17h

MERCREDI 29 avril :
Vitry 1/2-Chevilly à 10h
Fresnes-Thiais à 14h
Bonneuil-Valenton + VSG à 17h
Arcueil-KB-Gentilly à 17h

JEUDI 30 avril :
Saint Maur à 14h
Ivry à 17h
Alfortville à 17h

MERCREDI 6 mai :
Créteil 1 et 2 (heure à définir)

- Bilan de la RIS de Créteil du 22 avril : https://www.sudeducation94.org/RIS-du-22-avril-de-Creteil-PAS-DE-REOUVERTURE-DES-ECOLES-LE-11-MAI-ALORS-QUE.html

PARTICIPONS AUX RIS-VISIOCONFÉRENCES INTERSYNDICALES SUR TOUT LE DÉPARTEMENT !

Une reprise du travail avec les élèves sur les écoles est programmée par le gouvernement à partir du 11 mai, contre l’avis de la quasi totalité du corps médical : pour le président de la Fédération des Médecins de France « la réouverture progressive des crèches, des écoles et des lycées le 11 mai fait courir un risque inutile ». Pour celui du Conseil national de l’Ordre des médecins « ce choix révèle un manque absolu de logique (…) Il y a une pression importante pour permettre une reprise économique rapide. Mais pour moi, ce qui prime, c’est la situation sanitaire ». Tout cela est d’autant plus vrai dans notre département qui est l’un des plus touchés.

Chez les enseignants, les élus comme les parents d’élèves, c’est l’inquiétude qui grandit et domine : selon une enquête, les 2/3 des parents d’élèves comptent garder leur enfant à la maison le 11 mai ! Jeudi 23 avril, Emmanuel Macron a annoncé aux maires de France que « ce sont les parents au final qui décideront » de mettre ou pas leur enfant à l’école... C’est donc bien d’une "garderie" à la demande dont il est question, non d’une mesure à l’intention des élèves « privés d’école sans avoir accès au numérique » comme l’avait déclaré à l’origine le président de la République.

Nos organisations syndicales soutiennent totalement le vœu présenté et voté par les élus FSU-FO-CGT-SUD au Comité Technique Académique du 21 avril :

« Pour les élus(es) du CTA il est hors de question d’envisager une réouverture des établissements le 11 mai alors que les conditions sanitaires ne sont pas réunies et que nous savons aujourd’hui, comme le confirme l’ordre des médecins, qu’elles ne le seront pas. Aucune réouverture des établissements n’est envisageable sans que soit organisé préalablement le dépistage systématique et généralisé des personnels et des élèves, les conditions d’application des gestes barrière, la distribution de masques, en respect de l’avis présenté au CHSCTM d’autant plus dans notre académie, faisant partie des zones les plus touchées »

Par ailleurs, pour éviter une catastrophe scolaire sans précédent, il faut prendre en compte la situation inédite à laquelle nous sommes confrontés. Cela passe par la mise en œuvre d’un véritable plan d’urgence de plusieurs centaines de postes supplémentaires, pour la rentrée 2020, pour les écoles de notre département : éducation prioritaire, écoles non classées mais scolarisant des quartiers Politique de la Ville, élèves allophones nouvellement arrivés en France mais aussi élèves de familles populaires en zone banale, … aucun enfant ne doit être "laissé au bord du chemin".

Et pourtant, alors que l’on aurait pu attendre de la « dotation exceptionnelle » du ministère un début de réponse aux besoins des 140 000 enfants scolarisés dans les écoles du Val-de-Marne, qui subissent les conséquences désastreuses de la pandémie, le ministre octroie une dotation « supplémentaire » de 0 poste pour le 94 !

INACCEPTABLE !
UN PLAN D’URGENCE POUR LE VAL-DE-MARNE EST INDISPENSABLE !

POUR S’ORGANISER COLLECTIVEMENT, PARTICIPONS AUX RIS EN VISIOCONFÉRENCES DANS TOUT LE DÉPARTEMENT !

Pour y participer, merci de remplir le formulaire, nous vous enverrons par retour de mail un lien Zoom qui vous permettra de participer à la RIS de votre circonscription.