SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Suicide d’une directrice d’école à Pantin
Article publié le 27 septembre 2019

Lundi 23 septembre, Christine Renon, directrice de l’école maternelle Méhul à Pantin (93) a été retrouvée morte dans l’école après avoir mis fin à ses jours pendant le week-end.
Le syndicat SUD Éducation 94 apporte son soutien et présente ses sincères condoléances à sa famille et à l’ensemble de ses proches et de ses collègues.

« Je suis tellement fatiguée »

La collègue a accompagné son geste de lettres adressées aux enseignant-e-s de son école, aux directeurs et directrices de la ville et à son supérieur hiérarchique, dans lesquelles elle explique les raisons de son suicide. Ses mots interpellent l’institution scolaire qui laisse les directeurs et les directrices seul-e-s face à un travail épuisant et parfois inutile. De l’institution scolaire, elle n’espère qu’une chose, qu’elle ne salisse pas son nom.
Pour SUD Éducation 94, cet événement tragique rappelle la situation de souffrance des personnels de l’Éducation Nationale, qui ne fait qu’empirer.
A l’instar de SUD Éducation 93, nous nous étonnons que l’école ait ré-ouvert le lendemain et de la légèreté du dispositif mis en place pour accompagner l’ensemble des personnels et des élèves de l’école.
Les syndicats Snuipp-FSU 93 et Sud Éducation 93 ont d’ors-et-déjà demandé la réunion d’un CHSCT extraordinaire afin qu’une enquête soit menée par les représentant-e-s du personnel et que le Directeur académique de la Seine-Saint-Denis prenne ses responsabilités pour protéger la santé et la sécurité des personnels. « Nous demandons au Ministre que cesse la mise en place d’organisations du travail pathogènes. Malgré de nombreux suicides dans l’Éducation Nationale, le ministère n’a pris aucune décision pour mettre fin à ces situations », déclare Sud Éducation 93.

Ne restez pas isolé-e-s !

SUD Éducation 94 est au côté des personnels pour protéger leur santé et leur sécurité, et faire valoir leurs droits.
Pour SUD Éducation 94, chaque suicide est un drame humain, duquel, malheureusement, le travail ne peut bien souvent pas être évacué. Il est à cet égard insupportable de voir l’administration de l’Éducation nationale réduire systématiquement et strictement les suicides de ses salarié-e-s à des « problèmes personnels ».
Comme tout employeur, l’Éducation nationale a des responsabilités, et oblige ce dernier à « prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs » (article L. 4121-1 du Code du travail).
SUD Éducation 94 demande la réunion urgente des CHSCT départementaux, académiques et ministériels afin qu’une enquête ait lieu chaque fois qu’un personnel se suicide ou tente de le faire.

Dénonçons la souffrance au travail !

► Utilisons les fiches du Registre Santé et Sécurité au Travail (RSST) ! Grâce à son action syndicale pour faire connaître et utiliser ces fiches, SUD Éducation a permis de rendre visible une partie de la souffrance au travail (coups, agressions verbales, menaces, pressions hiérarchiques, intimidation, infantilisation...).
► Exigeons une médecine de prévention par le recrutement massif de médecins de prévention, permettant des visites médicales régulières, comme l’impose la loi !

PDF - 83.6 ko
Communiqué de SUD éducation 94