SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Fiche-analyse | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |


TOUTES ET TOUS EN ACTION LES 28 ET 31 MARS
Article publié le 26 mars 2022

La Réaction est En Marche !

PDF - 223.9 ko
Tract à télécharger

À l’heure où le candidat du MEDEF cherche à allonger l’âge de la retraite, le département lui emboîte le pas en allongeant le temps de travail des personnels.

Le modèle social pour ces individus est de travailler toujours plus. Alors que depuis la moitié du 19ème siècle, avec les progrès techniques et démocratiques, le temps de travail n’a cessé de diminuer.

Là où les adeptes du tripalium passent
l’idée du bonheur trépasse.

En effet, l’exécutif val-de-marnais, qui a décidé d’appliquer l’idéologie de la technocratie macroniste, s’en prend au service public et cherche à dégrader les conditions de travail des agent-e-s.

Il maintient le gel des 600 postes décidés par l’ancienne majorité. À commencer par celui de la médecine de prévention, inexistante depuis deux ans. Le département refuse d’appliquer une décision de justice, malgré une injonction du tribunal administratif !

Le département n’a pas daigné prévenir les organisations syndicales de son diktat mais l’a fait par voie de presse.(il refuse à notre OS des décharges syndicales)

Plus grave encore, le département qui n’a aucune conscience du bien-être des personnels, envisage d’augmenter leur temps de travail.

Dans les collèges, actuellement, le temps de travail est en général de 40 heures par semaines sur 36 semaines auxquels s’joutent 18 jours de permanences à 7 heures.
Que cherche le département ?
À exercer une pression toujours plus grande sur les personnels, à les épuiser davantage ?

Nous rappellerons qu’une autre collectivité territoriale où SUD Education est représentatif prévoit : « 39 heures de compensation dues à des sujétions particulières liées à des situations de pénibilité ».

C’est pourquoi, il faut se mobiliser dès maintenant et appeler à la grève. À commencer par celle du 31 mars à laquelle se joint SUD Education 94.

Nous nous joignons au mouvement du 28 mars et appelons les personnels à se rassembler devant le conseil départemental dès 13 heures.

TOUTES ET TOUS EN ACTION
LES 28 ET 31 MARS

Nous rappelons que SUD Education dépose un préavis de grève permanent.

La grève appartient à celles et ceux qui la font

SUD EDUCATION 94
11-13 RUE DES ARCHIVES
94000 CRETEIL
01 43 77 33 59

pour vous désinscrire, nous le signaler par mail

La liberté syndicale ne s’use que si l’on ne s’en sert pas !